Vendredi 22 février à 19h30 : Trahison, trahison 

Une soirée avec Brice Andlauer et Quentin Müller pour Tarjuman, enquête sur une trahison française.

Ce n’est pas la première fois dans son histoire que la France laisse un sentiment de trahison et d’abandon chez ceux qui l’ont servie hors de ses frontières, on pense, bien que le contexte diffère totalement, aux Harkis de la guerre d’Algérie.  De 2001 à 2014, durant l’occupation de l’Afghanistan par les militaires de l’Otan, l’armée française a employé 800 interprètes (Tarjuman en langue dari). Appelés PCRL, pour Personnel Civil de Recrutement Local, ils représentaient un maillon crucial, indispensable, pour le travail de l’armée sur le terrain, et étaient considérés par les militaires comme des soldats à part entière. Certains portaient l’uniforme et les armes en opération. Pourtant, une fois la France retirée d’Afghanistan, elle a refusé d’accorder des visas à plus de la moitié d’entre eux, sans jamais expliquer pourquoi. Aujourd’hui,leur situation est catastrophique. Menacés de mort, harcelés, ils doivent se cacher des talibans et de la population qui se retournent contre eux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s