Jeudi 14 février 2019 à 19 h 30 : soirée romanesque

Une soirée avec Marie Sizun pour Les Sœurs aux yeux bleus et Frédéric Tournoux pour Jeanne un amour en prison.

Dans Les Sœurs aux yeux bleus, avec une étonnante force romanesque, Marie Sizun continue d’explorer l’histoire de sa propre famille, passant du XIXe siècle au XXe en un récit où la réalité prend parfois des airs de saga.
Après « La Gouvernante suédoise », Marie Sizun poursuivait la chronique familiale des Sézeneau et des Bergvist. Nous les avions laissés dans cette grande maison de Meudon, où Hulda, la jeune mère de vingt-six ans, vient de mourir, emportant avec elle son secret: la découverte de la liaison de son mari, Léonard, avec Livia, la gouvernante des enfants. Dans Les Sœurs aux yeux bleus, que va-t-il se passer après ce drame qui a atteint chaque membre de la famille ? Léonard Sézeneau, bien sûr, mais aussi les enfants, trois filles et deux garçons, de même que Livia, qui se mure dans le silence et accepte de suivre la famille à Saint-Pétersbourg. Là-bas, tant bien que mal, ils essaieront de survivre à l’absente ; les enfants grandiront, le voile sera levé, imperceptiblement sur les raisons de la mort d’Hulda. Livia ne pourra que s’effacer, en proie à l’hostilité grandissante des trois sœurs. Nous les retrouverons en France, où ils se réfugient à la Bernerie-en-Retz, puis à Paris, où les trois sœurs qui ont grandi, commencent à vivre leur vie de femme. Mais l’ombre de Livia plane sur leurs destinées et par un tour du hasard, de ceux que parfois la vie réserve, les deux familles seront à nouveau réunies. 

Jeanne, un amour en prison : Jeanne, incarcérée à la prison de Rennes, vit une grande histoire d’amour avec le directeur adjoint, responsable du bâtiment des femmes, qui s’est épris d’elle.
Le roman plonge le lecteur dans l’univers pénitentiaire que Frédéric Tournoux connaît bien pour y avoir enseigné pendant plusieurs années. Cependant, le récit ne se limite pas à cet aspect-là car, de péripéties en rebondissements, il nous entraîne aux Pays-Bas, au Japon, mais aussi, au-delà, dans les mystères, les profondeurs de l’âme et du cœur.

2 réponses à “Jeudi 14 février 2019 à 19 h 30 : soirée romanesque

  1. Marie Sizun est mon amie. Ses ouvrages sont toujours formidables. Elle a une écriture intimiste qui vous transporte.

  2. J’adore l’écriture de Marie, si claire et si profonde en même temps, ciselée et d’une précision extraordinaire, qui nous permet une visualisation vivante des personnages et des lieux. On est pris pas sa plume…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s