samedi 22 décembre à partir de 17 h : vernissage de l’exposition des œuvres d’Annie-Christine Blanloeil

Des arbres de toutes les formes à l’encre pour les amoureux de la nature !

Exposition du 17 au 31 décembre 2018

« Auprès de mon arbre, je vivais heureux… ». La chanson, la  poésie, l’art en général ont magnifié l’arbre, à la fois pour son incontestable utilité pour l’homme et pour la symbolique qu’il véhicule.

C’est lors d’une promenade dans le parc de la maison d’Auguste Renoir (1841-1919), à Cagnes-sur-Mer que m’est venu cet amour pour les oliviers et l’envie de les dessiner.­ J’ai voulu traduire l’émotion ressentie devant ces arbres séculaires aux formes humaines, parfois monstrueuses ou fantastiques.

Car l’olivier, arbre de la paix, représente avant tout, pour moi, la destinée humaine. On le compare souvent à l’homme par sa forme : le tronc, les branches, l’écorce, les racines sont comme le corps, les membres, la peau et les veines. Il porte les stigmates infligés  par les rigueurs de la vie et de la vieillesse mais il est aussi l’image de la force et de la résistance.

Aussi, ai-je préféré le noir ou le sépia à la couleur et la plume au pinceau, plus appropriés pour représenter la texture et la matière de l’arbre. C’est une façon également de poursuivre, d’une manière différente, les techniques de la gravure et de la miniature, utilisées quand j’ai commencé mon travail d’artiste.

Depuis, cette passion pour l’olivier s’est étendue à­ d’autres arbres, souvent ceux des paysages méditerranéens où m’ont conduite mes voyages. Le pin et le palmier sont ainsi très présents. Leur anthropomorphisme est moins marqué  que celui des oliviers mais ils sont tout autant symboles de vie et de défi aux éléments.

Mon souhait est que ceux qui verront ces dessins comprennent mes émotions et partagent ma démarche.

Annie-Christine BLANLOEIL

Annie-Christine BLANLOEIL puise l’essentiel de son inspiration dans le Maghreb et le monde méditerranéen où elle a passé une partie de son enfance. Dans cet univers, l’arbre tient une place privilégiée, en particulier l’olivier, figure emblématique des paysages du Sud, mais aussi l’orme, le chêne, le platane, le pin parasol, le tamaris ou le palmier.
Les arbres sont une métaphore de l’être humain : ils symbolisent la vie, la force, la beauté silencieuse mais aussi la souffrance. Sous la plume de l’artiste, l’olivier prend figure humaine, parfois monstrueuse, avec des troncs torturés, des nœuds comme autant de cicatrices, des racines à découvert.
Annie-Christine BLANLOEIL, qui a débuté par la gravure, renoue à travers ces dessins avec son goût de l’épure et de la précision du trait.

www acb-artiste.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s