vendredi 15 juin 2018 à 19 h 30 : soirée littéraire

Une soirée avec les éditions Canoë et Exils, en compagnie de Colette Lambrichs pour les romans et Philippe Thureau Dangin pour la revue Papiers, en compagnie de Claire Fourier pour Tombeau pour Damiens.

Tombeau pour Damiens
« La journée sera rude », dit seulement Damiens le 28 mars 1757 à l’annonce du supplice qu’on lui réserve pour le crime de régicide dont il est accusé. Figure incompréhensible pour son époque qui en a fait, Voltaire le premier, l’exemple même du fanatique, il est l’incarnation de la grandeur populaire qui veut signifier au Roi Louis XV que s’il ne s’amende pas, il mènera le Royaume de France à sa perte. Pour le mettre en garde, il le blesse sans dessein de le tuer. Son geste, qui annonce la Révolution Française, est puni, en plein siècle des Lumières, d’un supplice épouvantable, l’écartèlement. Entremêlant l’Histoire avec le quotidien d’aujourd’hui et son cortège de misères, Claire Fourier s’interroge avec compassion sur l’impénétrable condition humaine.

Lisbonne disparaît
Écrivain solitaire ayant choisi de résider à Berlin, Jean Pichard livre avec cette fantasmagorie, un texte puissant qui célèbre la magie de la capitale portugaise. Rêvant que la ville quitte son rivage sous des pluies diluviennes, emportée par le Tage au milieu de 1’Atlantique à la rencontre d’un autre monde comme au XVIe siècle le firent les navigateurs, il célèbre dans cette vision apocalyptique, la beauté et la singularité de Lisbonne. Et lorsqu’il précipite la ville au milieu de l’océan sur l’île de Saudade, c’est pour mieux en évoquer le caractère si particulier au charme envoûtant

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays.  André Bouny s’inscrit dans cette lignée. Sa plume marque avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à l’ancienne Saigon, l’actuelle Ho-Chi-Minh-Ville, du passé au présent, des paysages immémoriaux aux lieux ravagés par les millions de litres de l’Agent Orange que les Américains déversèrent sur le pays durant l’interminable guerre. Du nord au sud, en train, en autobus, en bateau, les villes au nom mystérieux défilent, Lao Cai, Sapa, Hoa Lu, Tarn Coc, Haiphong, Ha Long, Phu Ly, Nin Binh, Thanh Hoa, Vinh, Ha Tinh, Dong Ha, Hué. . . font rêver, laissent deviner l’effervescence, l’énergie intense qui se déploient dans cette Asie qui demeure pour les Européens une énigme et une angoisse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s